Harry Potter: Bataille à Poudlard – Défense contre les forces du mal

Si tu me connais un peu, tu sais que je suis une GRANDE fan de Harry Potter.  J’ai donc été ravie quand, à l’occasion de mon anniversaire, mon amoureux m’a offert le jeux 2 joueurs Harry Potter: bataille à Poudlard – Défense contre les forces du mal (oui le titre est un peu long).

Et après en avoir fait quelques parties, je peux te dire que je suis en kiff total (comme une gamine de 5 ans la veille de Saint-Nicolas).

Présentation du jeu

Harry Potter est un jeu de deck building dans lequel les 2 joueurs s’affrontent avec un deck de 10 cartes.  Pour les non-initiés, deck = un paquet de cartes.

Dans le deck de départ, 9 cartes sont identiques  aux 2 joueurs et 1 carte allié peut être choisie par le joueur en fonction de son envie/orientation future du jeu.

Deck de départ

Carte allié au choix

Chaque joueur va défendre les couleurs d’une des 4 grandes maisons : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle ou Serpentard.  Clairement, la fan que je suis a du mal à prendre autre chose que Gryffondor #teamharryforever

A ton tour de jeu, tu pioches les 5 premières cartes de ton deck et tu les joues.  Elles te permettront soit de recevoir de l’argent, soit d’attaquer ton adversaire.

Une fois que tu as joué tes 5 cartes, tu peux (ou pas) t’acheter un objet, un sort ou l’aide d’un allié que tu ajoutes à ta défausse et qui reviendra dans ton deck plus tard.  Les 5 cartes utilisées rejoignent alors ta défausse.

Exemple de carte sort et objet

C’est maintenant à ton adversaire de faire exactement pareil.  En gros, il va falloir avoir assez d’atout dans ta main pour attaquer mais aussi pour contrer les attaques.

Une fois que tu as étourdi ton adversaire, il met une petite tête de mort sur la carte de sa maison et la deuxième manche commence.  Le premier à avoir été étourdi 3 fois a perdu.

Premier étourdissement. Rien n’est perdu!

Les plus du jeu:

Au contraire d’une grosse partie des jeux de société sous licence qui sont l’occasion de ressortit une énième version d’un jeu de base (genre monopoly ou Trivial poursuit pour ne pas les citer), ici le thème a vraiment un sens et est exploité à bon escient.

Vue d’ensemble

On jette des sorts dont on a vraiment entendu parler dans Harry Potter genre le Wingardum Leviosa, on est aidé par des personnes genre Lupin, ou Harry Potter lui-même.

J’ai trouvé ça super immersif, on peut acheter des chocogrenouilles, lancer des sorts petrificus, avoir un Weasley dans son équipe.

Une Weasley dans ma team!

Bref un tout gros bon moment, un thème super bien exploité, un petit côté gestion entre les cartes attaques et les cartes défenses.

Les moins:

Le seul petit bémol est qu’il faut vraiment super bien mélanger le deck la première fois que l’on joue…c’est hyper important.

Il faut bien gérer les cartes attaques/défenses sous peine de se faire rapidement étourdir.

Fiche technique du jeu:

Type de jeux: jeu de cartes, baston, stratégie

Age: à partir de 11 ans

Nombre de joueurs: 2 joueurs

Durée: +/- 60 à 90 min

Le petit plus en plus:

Voici une petite explication en vidéo:

Et voici la fiche technique de mon magasin fétiche (oui c’est mal de mettre un magasin en avant, mais je m’en fou, c’est mon blog!)

Il existe un autre jeu Harry Potter: bataille à Poudlard (qui est aussi très très très bien) mais qui est pour 2 à 4 joueurs.  La différence?  C’est un coopératif donc tout le monde joue contre le jeu.

Une nouvelle année commence

Hello à toi,

Aujourd’hui je ne te posterai pas d’article sur ma dernière lecture (oui, je dois encore te parler de Locke and Key), j’ai plutôt envie de parler un peu de comment je vois notre avenir en commun, de comment débuter 2021.

Ces deux derniers jours, je t’ai posté des petites questions pour voir un peu comment réorienter ce blog et pourquoi pas sortir du cadre fermé de la lecture.

Parce que si tu ne me connais pas, dans la vraie vie, j’aime plein de choses.

Certes, j’adore lire mais j’aime aussi m’occuper de mon BUJO, m’essayer au dessin (clairement, je suis nulle mais je persévère).

J’adore faire du tricot le soir devant la TV (et je n’ai pas 88 ans).  Je suis fan de jeux de société (j’ai même eu un e-shop dans une autre vie), j’adore la photo, chipoter sur des logiciels comme Canva, Mailchimp ou encore Survey Monkey.

Je suis une grande fan de séries et une grosse accro à Netflix (d’ailleurs les dernières séries que j’ai regardées sont presque toutes tirées de bouquins (que j’ai acheté)).

J’ai une PAL interminable ce qui ne m’empêche pas de continuer à acheter des livres (oui, c’est mal je sais).

J’ai bossé dans pleins de domaines différents et aie une floppée d’anecdotes incroyables qui me valent parfois de gros fous rires.

J’ai un humour « Noir » , un petit côté cynique et je suis extrêmement bon public.  J’ai des ami(e)s extraordinaires.

Bref, le but de mon monologue est de te faire comprendre que j’aimerai te parler d’un peu plus que juste de littérature et que j’espère que cela te fera plaisir.   Mais aussi et surtout que tu peux avoir un rôle actif dans ce que je vais écrire.

Donc, s’il y a un truc dont tu veux que je parle ou des choses que tu veux que je teste, n’hésites pas à me le faire savoir.

Des bisous,

Isa

Journal d’un vampire en pyjama – Mathias Malzieu

Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur.

Mon avis:

Il est clairement impossible d’émettre un avis sur un tel livre.

En effet, ce roman a été écrit par Mathias Malzieu quand il a appris qu’il avait un problème de moelle osseuse, de globules blancs, de vie.

C’est un roman/journal qu’il a écrit pour exorciser ce qui lui arrivait, pour mettre des mots sur une situation difficile tant pour lui que pour ses proches.

Ce journal est une façon de se rattacher à la vie en passant plus d’une fois tout prêt de la mort.

Ce que je peux t’en dire, c’est que l’écriture est somptueuse, que la plume de Malzieu n’a pas perdu de sa superbe et qu’il arrive à me transporter avec une simple phrase.  Dans ce roman, même le moche est beau, même le drame a son charme.

J’avais déjà eu l’occasion de me délecter de sa plume à travers ses divers romans dont La mécanique du cœur, Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi

Sa façon d’écrire a toujours fonctionné avec moi, ses tournures de phrases, ses jeux de mots.  Pour cette raison, je te conseille ce livre.

Voici quelques extraits :

« – Je ne vous imaginais pas si petit …
Sa voix ressemble à celle qui annonce les horaires des trains sur les quais de gare.
– Il va falloir que je vise bien pour vous couper la tête !
Elle fait glisser le plat de son épée contre ma joue.
– Mais qui êtes-vous et …
– Je suis Dame Oclès, me coupe-t-elle.
– Dame qui ?
– Oclès ! Dame Oclès enfin ! Mon épée est assez réputée, déclare-t-elle en tapotant fièrement le métal de sa lame.
– Dame Oclès … Connais pas.
– Comment ça « connais pas  » ?
– Ah non, non, connais pas !
– Et bien vous allez apprendre à me connaître, car désormais j’irai partout où vous irez, dit-elle en levant son épée au-dessus de ma tête »

« Ma seule possibilité de résister, c’est d’écrire. L’urgence fait pousser des graines de livres en moi. Je les arrose toutes et m’applique à penser que je vais trouver mon haricot magique pour crever le plafond de l’hôpital. »

« Apprendre à faire le con poétiquement dans le cadre austère du couvre-feu que je dois respecter. Doser l’espoir au jour le jour. Transformer l’obscurité en ciel étoilé. Décrocher la lune tous les matins et aller la remettre en place avant la tombée de la nuit. Un vrai boulot de néo-vampire. »

Je te le conseille également si tu veux en savoir plus sur l’homme et sur son combat.  Sur sa renaissance et sur ce qu’il y a moyen de faire pour aider des personnes dans sa situation.

Pour moi ce roman est d’autant plus particulier, qu’une personne chère à mon cœur est passée par une partie des étapes décrites dans ce journal.  Si ce n’est que dans mon cas Dame Oclès a fini par gagner la partie.

Si jamais tu décides de te lancer dans cette lecture, n’hésites pas à me faire part de tes commentaires.

Des bisous,

Isa

Anne de Green Gables- Lucy Maud Montgomery

Cheveux désespérément roux, visage constellé de taches de rousseur, Anne Shirley est une petite fille curieuse, pleine d’énergie, souvent perdue dans ses pensées, parfois d’une gravité solennelle, sans aucun doute intemporelle. Difficile de résister à ce petit bout d’humanité de onze ans parfaitement imparfaite, héroïne d’une série de romans qui a su conquérir des millions de lecteurs à travers le monde, Anne de Green Gables, écrit par Lucy Maud Montgomery, et dont le premier tome parut en 1908. Orpheline à l’esprit vif, à l’imagination sans bornes et qui adore employer de « grands mots », Anne se retrouve par erreur chez Marilla et Matthew Cuthbert qui attendaient un garçon pour les aider à la ferme. Féministe involontaire, romantique impénitente, elle est impulsive, dramatique, maligne, drôle, et telle une authentique naïve, elle va bousculer le calme et la monotonie de la vie à Green Gables, en semant partout joies et rêveries, en dénichant la beauté dans les moindres recoins, en ne s’exprimant qu’en points d’exclamation, même dans « les affres du désespoir ». Parce que l’existence d’Anne a aussi une face sombre, hantée par la mort de ses parents et les abandons, qui lui donne son énergie folle, parfois hallucinée, et qui rend son idéalisme et son indignation si poignants et si convaincants. Si le regard d’Anne transcende le monde sur lequel il se pose, Anne de Green Gables, c’est la transformation magique, presque mystique, que seul l’amour peut opérer sur les hommes et les femmes. C’est l’histoire d’une petite fille qui parvient à se faire aimer de tous (Josie Pye exceptée), et de nous les premiers.

Mon avis:

J’ai adoré ce livre au propre comme au figuré.

En effet, l’objet livre en lui-même est magnifique : la couverture cartonnée, la beauté de l’illustration et la qualité du papier sont juste WAOUW.

Mais un beau livre reste juste un bel objet si ce qu’il contient n’est pas à la hauteur de tes attentes.  Et mes attentes ont été comblées.

L’histoire est à la fois triste car Anne est une orpheline qui n’a pas eu de chance dans la vie.  C’est également une histoire lumineuse car Anne est solaire, tout en elle irradie la joie de vivre.

Entre ses anciennes « familles d’accueil »  et l’orphelinat, Anne n’a pas vraiment eu l’occasion de profiter d’une jeunesse normale.  Maltraitance et abus ont souvent été son lot quotidien.

C’est donc avec beaucoup de joie qu’elle se prépare à rencontrer Marilla et Matthew Cuthbert, sa nouvelle famille.

Marilla et Matthew sont frère et sœur.  Ils ne se sont jamais mariés mais Matthew prenant de l’âge, ils ont décidé d’adopter afin d’avoir un peu d’aide à la ferme.

A son arrivée à la gare, Matthew se rend vite compte qu’il y a un problème.  En effet, il attendait un garçon et se retrouver nez-à-nez avec Anne.

N’osant pas décevoir la jeune fille pleine de joie qu’il a en face de lui, il ne dit rien sur cette méprise et décide que Marilla se chargera de lui annoncer la mauvaise nouvelle une fois arrivés à Green Gables (je t’avoue que j’ai versé mes premières larmes durant ce passage).

Pendant le trajet, Matthew tombe sous le charme de cette enfant qui s’émerveille de tout, qui est heureuse d’avoir enfin une famille et qui n’arrive ni à stopper son flot de paroles, ni à brider son excitation, ni à freiner son imagination…

Pour Marilla, cet attachement va prendre un peu plus de temps (je te rassure pas deux mois non plus hein!).

Ce roman est une pépite, un retour en enfance.  Anne t’embarque dans ses aventures imaginaires et te met le sourire aux lèvres aussi vite que les larmes aux yeux.

C’est un roman d’automne que tu lis au chaud dans ton canapé.  Tu savoures la découverte de Green Gables et des ses habitants.  Tu participes à sa vie scolaire, culturelle et spirituelle.

L’imagination fertile d’Anne et son manque de capacité à faire sagement ce qu’on attend d’elle, en font une héroïne très attachante, un brin féministe, déterminée à prendre son destin en main et à rendre les gens qui l’entoure heureux.

Elle va faire évoluer les mentalités et ouvrir les esprits de certains à Green Gables.  Je me répète mais ce roman est une pépite.

Pour preuve, à peine ma lecture terminée, je me suis ruée sur la série Netflix Anne with an E mais je prévois de te dire ce que je pense dans la série dans l’un de mes prochains articles.

Comme deux avis valent mieux qu’un, voici ce que d’autres que moi ont pensé de ce livre ici.

Des bisous et à tout bientôt.

Isa

Surtensions – Olivier Norek

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels – un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur – se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…

Mon avis:

Avant d’aller plus loin, saches que ce roman est le dernier d’une trilogie.  Alors oui, tu peux le lire sans avoir lu les deux autres mais tu risques de passer à côté de certaines références.  Est-ce que c’est grave ?  Non, mais c’est quand même mieux de faire les choses dans l’ordre.

Une fois de plus, Norek m’a embarqué dans son histoire.

Ce roman est divisé en 5 chapitres et chacun a sa petite histoire.

On commence entre 4 murs où un jeune corse, Nano Mosconi, braqueur de bijouterie se retrouve pour la première fois en prison.

Je ne vais pas te faire un dessin sur ce qui peux t’arriver dans une prison surpeuplée, si tu ne connais pas les règles de survie de base, si tu n’as pas la chance de faire de bonnes rencontres et si le surnom qu’on t’as donné est « La Biche ».

Âme sensible sois prête parce que certains passages, bien que suggérés, risquent de te retourner l’estomac.  Dans cette prison, Nano n’est pas seul.

Il y a Boyan, ancien légionnaire Serbe pour qui le directeur de la prison de Marveil est aux petits soins.

Il y Antoine Doucey, pédophile mis à l’isolement, qui te fera penser que même l’isolement n’est pas une barrière suffisante à l’imagination.

Et il y a pleins d’autres prisonniers à Marveil.  Cela va du compagnon de cellule le plus empathique au plus horrible.

Lors de ses visites au parloir, Alex, la sœur de Nano, voit l’état de son frère se dégrader et décide de le sortir de là, coûte que coûte.

Ensuite, direction la section crime 1 de la SDPJ93.

Le capitaine Coste et son équipe se retrouve à bosser sur un enlèvement à priori banal.  Le genre d’enquête qui devrait être réglé en moins de temps qu’il ne faut pour dire ouf…

Mais comme bien souvent, les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu.  Une fois au bout de son enquête, la disparition d’une preuve libère leur coupable.

Coste, Sam, Ronan et Johanna vont se retrouver au milieu d’une histoire sans précédent, composée de libérations en cascade.

Les criminels libérés sont loin d’être des enfants de cœur.  Selon toute vraisemblance, ces 5 criminels doivent avoir un lien et c’est ce lien que Coste et son équipe devront trouver afin de résoudre l’enquête.

Mais quel lien peut-il bien y avoir entre des individus que rien ne relie, ni les crimes, ni les âges, ni la géographie ?

C’est là qu’Olivier Norek t’embarque.

C’est là que l’engrenage se met en marche.

C’est là que tu atteins ton point de non-retour, de surtension.

C’est là que tu te trends compte de l’importance de ceux que tu aimes.

C’est là que tu découvres la limite du désespoir et que tout peut déraper.

J’ai adoré.

Pour celles qui ne le savent pas, Olivier Norek est Capitaine à la PJ de Seine-Saint-Denis.  et on ne va pas se mentir, cela donne une vraie dimension à ses personnages et ses enquêtes.

D’ailleurs, si tu veux l’entendre lui-même te parler de son roman, tu peux cliquer sur le lien ci-dessous.

Voilà, j’espère t’avoir donné envie de lire ce roman de 468 pages.

Si oui, n’hésites pas à me donner ton avis.

Des bisous,

Isa

Les Sept Soeurs: Tome 2 (Ally) – Lucinda Riley

À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a ramenées des quatre coins du monde et adoptées lorsqu’elles étaient bébés, Ally d’Aplièse et ses sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève.
Ally, la deuxième sœur au tempérament tempétueux, est navigatrice et musicienne. Lorsqu’une nouvelle tragédie la touche, la jeune femme décide de partir sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d’héritage vont la mener au cœur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l’histoire intense d’une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent un siècle plus tôt. Une famille aux lourds secrets…

La Sœur de la tempête est le deuxième tome de la série événement Les Sept Sœurs, qui a conquis 20 millions de lecteurs dans le monde entier. À travers ces romans au souffle unique, peuplés de personnages inoubliables, liés par les drames et l’amour, Lucinda Riley a affirmé son immense talent, créant un nouveau genre littéraire à part entière.

Mon avis:

Je suis mitigée sur ce deuxième opus.  Autant j’avais adoré le premier avec Maia, le Brésil, la France, La suisse…autant ici bof bof.

Je ne te refais pas le résumé de ce qui arrive pour que cette deuxième aventure arrive puisque je t’en ai déjà parlé ici, donc je me lance directement dans l’histoire d’Ally.

Alors j’ai beaucoup aimé Ally et toute la partie « présent » du roman.  J’ai aimé la voir prendre la mer pour faire des courses autour du globe, ressentir ce que cela fait d’être une femme parmi un équipage parfaitement masculin.

Je l’ai vu tomber amoureuse, lâcher prise, se construire…

Donc toute cette partie du roman, j’ai adoré (et pleurer aussi) mais je ne veux pas trop te spoiler donc je te laisse découvrir pourquoi.

Ses origines la conduisent à découvrir la Norvège et ses ancêtres musiciens.  Là, perso, je n’ai pas accroché.

On suit Anna, jeune paysanne qui déménage à Christiania (l’ancien nom d’Oslo) dans le but de devenir chanteuse professionnelle.  Ses parents, d’abord réticent à ce voyage, finissent par accepter elle sera sous la tutelle du professeur Bayer, dont la réputation n’est plus à faire.

De cours de chants en cours de chant, elle finit par décrocher le rôle de « doublure musicale » du personnage principal féminin dans la pièce Peer Gynt mise en musique par Edvard Grieg (tirée du drame poétique écrit par Henrik Ibsen).

En lisant le roman, il peut être intéressant d’écouter la musique en parallèle.  Allez, c’est cadeau 🙂

A partir de là, sa vie va complètement basculer.  Cette nouvelle vie, pourtant prometteuse, ne sera pas toujours faite de strass et de paillettes.

Je ne suis pas complètement rentrée dans cette partie car Anna m’a souvent tapé sur les nerfs.  Alors oui, elle vit paisiblement dans le fin fond d’une montagne et est amenée à la ville avec toute la naïveté dont elle peut faire preuve.  Oui, tout n’a pas été simple pour elle mais je ne sais pas quelque chose en elle fait que je n’ai pas eu d’empathie.

Par contre, le contexte d’Anna est intéressant, une guerre mondiale se prépare, la peur s’installe, les mouvements anti-juifs se mettent en place, les gens se cachent, sont traqués et fusillés.

Donc ça, c’est intéressant, mais voilà, ça ne l’a pas fait pour moi.  Après, deux de mes très proches copines l’ont lu et l’ont préféré au premier tome.

C’est donc mon avis que je te donne et cela ne veut pas dire que ce soit la sacro-sainte vérité.  Si tu hésites, fais-toi ta propre opinion et qui sait, cela pourrait bien devenir un de tes livres préférés.

Bonne journée à toi.

Des bisous,

Isa

 

En voiture, Simone! – Aurélie Valognes

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu.
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez !

Mon Avis:

Avec ce roman, Aurélie Valognes a réussi le pari de me mettre la banane tout au long de ma lecture.

Alors, non, ce n’est pas le prochain Pulitzer et il ne te faudra pas un dictionnaire pour en arriver à bout mais il fait du bien ce bouquin.  Un vrai petit moment feel good.

je ne vais pas t’apprendre ce que sont les fêtes de famille et les petits efforts que l’on fait tous pour que tout se passe bien malgré les personnalités parfois très hétéroclites présentes.

Et bien ce roman c’est ça, c’est l’histoire d’une famille.

Tu vas faire la connaissance de Jacques qui n’ aucun filtre.  Tour ce qui passe par sa tête, sort par sa bouche et ce n’est pas toujours facile à encaisser pour celui qui est la cible de son « commentaire ».

Martine, qui essaie de filtrer ce qui sort de la bouche de Jacques et de faire en sorte que chacun passe un bon moment et voit ses exigences culinaires ou autres satisfaites.

De leur trois garçons et de leur 3 belles-filles.  Et là, c’est festival!!!

On a Stéphanie,  la mère de famille un peu control freak qui peut quand même très vite mettre ton système nerveux à l’épreuve.

Laura, la végétarienne un peu culpabilisante, prête à manger des craquottes sur un coin du canapé avec un air de Jésus sacrifié (mais pas silencieux le Jésus, non, non…).

Et Jeanne, la dernière à rejoindre la famille avec des relents d’indépendance, de féminisme et un petit soupçon de manque de confiance en soi.

Bref, ce noël-ci tout va déraper et il faudra que Martine elle-même se rebelle pour que toute cette petite famille se remette en question.

Vas-y, fais-toi plaisir et ouvre ce petit bol d’air frais de 241 pages.  Alors, ça ne mettra peut-être pas des paillettes dans ta vie mais au moins tu auras le sourire aux lèvres.

Bisous,

Isa

 

Le Puits des Mémoires: La Traque – Gabriel Katz

TOME 1: LA TRAQUE

Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot pénitenciaire accidenté en pleine montagne.  aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, ni de la raison pour laquelle il se retrouve là, en haillons, sur une terre inconnue et glacée.  Sur leurs traces, une horde de guerriers venus de l’autre bout du monde met le royaume à feu et à sang pour les retrouver.

Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués, ils vont devoir apprendre à travailler ensemble afin de découvrir la vérité, et survivre dans un monde où règnent violence, complots et magie noire.

Mon avis:

Avant toute chose, il est important de savoir que Le Puits des mémoires est une trilogie.  J’en avais eu de bons échos mais comme je ne savais pas si l’ambiance allait me plaire, je n’avais acheté que le premier opus.

GROSSE ERREUR à laquelle j’ai remédié à peine le premier volume terminé.

L’histoire commence par un accident de charriot mortuaire en haut d’une montagne.  Sauf que ce ne sont pas des morts que l’on transporte dans ces 4 cerceuils mais des vivants.

C’est en haut de cette montagne que l’on va faire connaissance avec trois inconnus qui ignorent tout d’eux-même car la mémoire leur fait défaut.

Après s’être choisi un nom, ils décident de prendre la route ensemble afin de découvrir qui ils sont, d’où ils viennent et ce qu’il faisaient dans un cerceuil escorté par une garde armée au milieu des montagnes.

Ce qu’ils ignorent à ce moment là, c’est que le temps leur est compté car des gens pas très très gentils sont à leurs trousses.

Lors d’un premier affrontement,  nos 3 héros se rendent comptent qu’ils possèdent certaines capacités.  Karib est visiblement mage de guerre, Nils est le meilleur lanceur de pierres qui soit et Olen a une parfaite maîtrise de l’épée.

Au fil des pages, ils n’auront de cesse d’être traqués.  Une armée de 200 soldats est envoyée en terre d’Hélion pour leur capture.

Qui sont ces 3 inconnus?  Qu’ont-ils de si spécial pour attirer une armée de 200 soldats venus de l’autre bout du royaume?  Qu’ont-ils fait pour que leur tête soit mise à prix d’or et que tous les mercenaires des alentours se jettent à leur trousse?

J’ai adoré ce livre.  On a autant envie que les personnages de savoir qui ils sont, quels sont leur pouvoirs, d’où ils viennent et ce qu’ils ont fait.

On se demande pourquoi cette traque sans précédent, ce déploiement de toute une armée pour juste 3 hommes.  On espère qu’ils vont s’en sortir, on les sent bons même s’ils ont une parfaite maîtrise de l’art de la guerre.

Les personnages sont tout à fait différents mais hyper courageux et ils forment un groupe assez hétéroclite.  Olen est le sentimental, Nils le calme personnifié et Karib le sage.  Il leur faudra d’ailleurs tenir compte de tous ces traits de caractère pour avancer comme il se doit dans leur quête de survie et de vérité.

Je ne vais pas te spoiler mais on apprendra donc au fil de pages qui ils sont et ce qu’ils ont fait.  Le hic, c’est que cela ne fera qu’attiser ta curiosité et ton envie d’en savoir encore plus.

Cet ouvrage a reçu le prix des Imaginales, je ne suis donc (heureusement) pas la seule à l’avoir trouvé super.  C’est un bon mélange entre Fantasy, aventure et polar psychologique.

Je te recommande fortement ce livre de 381 pages et de sa suite.  En effet, la trilogie intensifie le suspens au fil des pages et si certes on apprends qui ils sont, on se demande comment ils en sont arrivé là.

Si une chronique des autres volumes t’intéresse, n’hésites pas à me le faire savoir.

Des bisous,

Isa

 

Liseuse vs livre papier

Si tu passes régulièrement sur ce blog, tu sais que j’adoooore lire.

Ce que tu ne sais pas, c’est que je lis n’importe quand et n’importe où mais aussi sur n’importe quel support.

Tu me vois venir là?

Livre vs Liseuse: mais pourquoi tant de haine?

Il m’a fallu un certain temps pour le reconnaitre mais le livre papier n’est pas toujours ce qu’il y a de plus pratique pour moi.

Avant de me lancer des pierres, laisse-moi t’expliquer.

Des paramètres qui comptent: l’espace, le poids, le volume

La raison principale de mon passage à la liseuse se résume aux vacances.

En effet, prendre l’avion avec au minimum 4 livres dans les bagages n’est pas toujours pratique.

Déjà tu croises les doigts pour que ton livre arrive sain et sauf (oui, j’ai un petit côté maniaque).

Et puis tu (re)croise les doigts pour que le poids de tes livres ne t’oblige pas à ouvrir ta valise au milieu de l’aéroport car tu es en excess bagage.

Tu n’as aucune envie que ta passion des livres t’oblige (devant une foule de voyageurs hostiles) à leur trouver une place in extremis dans un sac à dos envahi par les playmobils et autres jouets de ton minitoi.

Du coup, un j’ai opté pour la liseuse.  Que tu voyages avec 1 ou 20 livres, son poids ne change pas, les coins restent intacts, bref tu n’es pas obligé(e) d’asperger ta valise d’eau bénite en espérant que les dieux soient avec toi.

La taupe: ma vision déclinante

Ensuite, pour la taupe que je suis, la liseuse est un bien pratique.

En effet, tu as accès à toutes une série de réglages pour rendre ta lecture optimale.  Tu peux même agrandir les caractères et ça, c’est MA-GI-QUE (bon ok, j’ai poussé l’exemple à l’extrême, mais tu vois le concept?).

Je précise que je n’ai pas encore 89 ans mais, pour moi, la liseuse prend tout son sens.

Généralement, après une journée devant le PC, je galère un peu niveau vision mais là…un monde nouveau s’offre à moi, à toi, à nous…

Alors tu l’auras compris, je ne te dis pas de remplacer le papier par la liseuse, je te dis juste que les deux peuvent vivre côte à côte sans devenir la fin de l’autre.

Si jamais tu es passé du papier au numérique ou si tu vis avec les deux, n’hésites pas à me dire si tout s’est passé comme sur des roulettes ou s’il t’a fallu une petite adaptation.

Des bisous,

Isa

Trois éclats toutes les vingts secondes – Françoise Kerymer

Au large du Finistère, là où la terre finit, où le plus grand cimetière marin du monde murmure ces légendes, une île: l’île de Sein.

Emma et son fils, Camille, Sept ans, y débarquent pour passer deux mois d’été.

La jeune mère est désespérée: contrainte à cet exil par son mari, elle éprouve les plus grandes difficultés à comprendre son fils, à l’intelligence aiguë et au caractère imprévisible.  Et si le jeune garçon s’enthousiasme immédiatement pour l’île, Emma résiste malgré le soutien d’Armelle, la restauratrice au grand coeur, de Ronan, marin de la navette quotidienne avec la grande terre, et de Louis-Camille, compositeur solitaire.

Entre ciel et mer un drame se joue.

La magie de l’île bretonne réussira-t-elle à sauver la mère et son enfant?

Un récit lumineux, qui mêle finement psychologie et suspense.

Mon avis

J’ai un rapport un peu particulier à ce livre de par mon vécu.  C’est donc un peu difficile de te retranscrire toute la palette d’émotions par laquelle je suis passée en le lisant et je ne suis pas certaine que tu ressentiras ce livre de la même façon que moi.

C’est l’histoire d’une relation mère-fils qui est difficile à mettre en place, qui amène son lot de frustrations, d’interrogations et de remises en question.

C’est une relation où la nature de l’un chamboule toutes les certitudes de l’autre.  Et au milieu de tout cela, il faut trouver l’équilibre qui va permettre à l’un de se développer sereinement et à l’autre d’appréhender ce rôle de maman qui n’est pas toujours simple.

Ce livre est une belle déclaration d’amour d’un fils à sa mère et d’une mère à son fils.

C’est une  histoire qui charrie son lot de tempêtes et d’accalmies avant d’enfin arriver à cette mer calme et belle.  Cette mer qui entoure l’île sur laquelle s’encre cette histoire.

C’est l’histoire d’Emma, une très belle femme, habituée à sa vie Parisienne.

C’est l’histoire d’une femme qui mène une vie qui ne lui convient pas, qui ne lui convient plus.

C’est l’histoire d’une femme qui se réfugie dans ses séances de massages pour échapper à un mari rarement là mais pourtant omniprésent.

C’est l’histoire d’une femme qui fuit sa vie conjugale, sa vie de mère, son enfant qui ne la comprends pas et qu’elle ne comprends pas elle-même.

C’est l’histoire d’une femme qui a l’impression de tout faire de travers et d’être constamment jugée et mise face à son échec.

C’est l’histoire d’une mère qui aime son fils mais qui n’en peux plus de ces sautes d’humeurs, de son trop d’intelligence, de ses réactions excessives et disproportionnées.

C’est l’histoire d’un mère qui part à la dérive.

C’est aussi l’histoire de Camille, enfant surdoué qui vit dans son monde et suit ses propres règles.

Camille convaincu que sa maman ne l’aime pas malgré tous ses efforts pour attirer son attention, son affection  et son amour.

Camille dont les codes diffèrent de ceux des autres enfants de 7 ans et qui se retrouve souvent mis à l’écart.

C’est l’histoire de deux êtres blessés et en mal d’amour, d’une mise à l’exil de la mère et du fils afin qu’ils trouvent comment « fonctionner » ensemble, comment s’apprivoiser, comment s’aimer sans que cela ne soit douloureux.

Dans leur recherche d’accalmie, toute aide extérieure est la bienvenue.

Cette aide, ils la trouveront entre autre auprès d’Armelle, cette gérante de restaurant qui va prendre Camille sous son aile et laisser le temps à Emma de  reprendre le contrôle de sa vie, de remettre de l’ordre dans ses émotions, d’améliorer son rapport à elle-même.

De Louis-Camille qui sera le révélateur du petit Camille.  Ce musicien voit en Camille une mini version de lui-même, un être complexe mais plein de richesses, de talent.  Il décèle chez Camille la lumière qui ne demande qu’à éblouir.

De Ronan, ce marin qui sert de trait d’union entre l’île et la péninsule, qui va bousculer Emma dans ses habitudes, son rapport aux autres.

Ronan va dissiper le brouillard dans lequel Emma s’enfonce et lui donner une nouvelle ligne d’horizon tant personnelle que professionnelle.

C’est une très belle histoire aux odeurs marines où la seule chose à faire est de se laisser porter par les vagues.  Mais attention, si certains passages s’apparentent à une mer calme et paisible, d’autres sont remplis de houle, de vagues, de tempête.

Tout dans ces 346 pages est calqué sur le rythme de la mer.

Ce roman brasse une marée d’émotions qui m’ont été familières à un moment bien particulier de ma vie.

Il me conforte dans l’idée que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, qu’il faut s’accrocher, garder le cap et qu’après la pluie, vient le beau temps.

Tu auras compris,  j’ai aimé cette lecture pour toute la psychologie qu’il y dans ces pages, pour la bienveillance des personnages secondaires, pour l’absence de jugement, pour la justesse de l’analyse d’Emma et Camille.

Je te le conseille parce qu’il prouve qu’avec un petit coup de pouce, tout peut changer, tout peut devenir beau.

Alors oui avant d’arriver au rose, on risque de passer par le gris.  Mais au final gris et rose vont bien ensemble non?

Des bisous,

Isa