Trois éclats toutes les vingts secondes – Françoise Kerymer

Au large du Finistère, là où la terre finit, où le plus grand cimetière marin du monde murmure ces légendes, une île: l’île de Sein.

Emma et son fils, Camille, Sept ans, y débarquent pour passer deux mois d’été.

La jeune mère est désespérée: contrainte à cet exil par son mari, elle éprouve les plus grandes difficultés à comprendre son fils, à l’intelligence aiguë et au caractère imprévisible.  Et si le jeune garçon s’enthousiasme immédiatement pour l’île, Emma résiste malgré le soutien d’Armelle, la restauratrice au grand coeur, de Ronan, marin de la navette quotidienne avec la grande terre, et de Louis-Camille, compositeur solitaire.

Entre ciel et mer un drame se joue.

La magie de l’île bretonne réussira-t-elle à sauver la mère et son enfant?

Un récit lumineux, qui mêle finement psychologie et suspense.

Mon avis

J’ai un rapport un peu particulier à ce livre de par mon vécu.  C’est donc un peu difficile de te retranscrire toute la palette d’émotions par laquelle je suis passée en le lisant et je ne suis pas certaine que tu ressentiras ce livre de la même façon que moi.

C’est l’histoire d’une relation mère-fils qui est difficile à mettre en place, qui amène son lot de frustrations, d’interrogations et de remises en question.

C’est une relation où la nature de l’un chamboule toutes les certitudes de l’autre.  Et au milieu de tout cela, il faut trouver l’équilibre qui va permettre à l’un de se développer sereinement et à l’autre d’appréhender ce rôle de maman qui n’est pas toujours simple.

Ce livre est une belle déclaration d’amour d’un fils à sa mère et d’une mère à son fils.

C’est une  histoire qui charrie son lot de tempêtes et d’accalmies avant d’enfin arriver à cette mer calme et belle.  Cette mer qui entoure l’île sur laquelle s’encre cette histoire.

C’est l’histoire d’Emma, une très belle femme, habituée à sa vie Parisienne.

C’est l’histoire d’une femme qui mène une vie qui ne lui convient pas, qui ne lui convient plus.

C’est l’histoire d’une femme qui se réfugie dans ses séances de massages pour échapper à un mari rarement là mais pourtant omniprésent.

C’est l’histoire d’une femme qui fuit sa vie conjugale, sa vie de mère, son enfant qui ne la comprends pas et qu’elle ne comprends pas elle-même.

C’est l’histoire d’une femme qui a l’impression de tout faire de travers et d’être constamment jugée et mise face à son échec.

C’est l’histoire d’une mère qui aime son fils mais qui n’en peux plus de ces sautes d’humeurs, de son trop d’intelligence, de ses réactions excessives et disproportionnées.

C’est l’histoire d’un mère qui part à la dérive.

C’est aussi l’histoire de Camille, enfant surdoué qui vit dans son monde et suit ses propres règles.

Camille convaincu que sa maman ne l’aime pas malgré tous ses efforts pour attirer son attention, son affection  et son amour.

Camille dont les codes diffèrent de ceux des autres enfants de 7 ans et qui se retrouve souvent mis à l’écart.

C’est l’histoire de deux êtres blessés et en mal d’amour, d’une mise à l’exil de la mère et du fils afin qu’ils trouvent comment « fonctionner » ensemble, comment s’apprivoiser, comment s’aimer sans que cela ne soit douloureux.

Dans leur recherche d’accalmie, toute aide extérieure est la bienvenue.

Cette aide, ils la trouveront entre autre auprès d’Armelle, cette gérante de restaurant qui va prendre Camille sous son aile et laisser le temps à Emma de  reprendre le contrôle de sa vie, de remettre de l’ordre dans ses émotions, d’améliorer son rapport à elle-même.

De Louis-Camille qui sera le révélateur du petit Camille.  Ce musicien voit en Camille une mini version de lui-même, un être complexe mais plein de richesses, de talent.  Il décèle chez Camille la lumière qui ne demande qu’à éblouir.

De Ronan, ce marin qui sert de trait d’union entre l’île et la péninsule, qui va bousculer Emma dans ses habitudes, son rapport aux autres.

Ronan va dissiper le brouillard dans lequel Emma s’enfonce et lui donner une nouvelle ligne d’horizon tant personnelle que professionnelle.

C’est une très belle histoire aux odeurs marines où la seule chose à faire est de se laisser porter par les vagues.  Mais attention, si certains passages s’apparentent à une mer calme et paisible, d’autres sont remplis de houle, de vagues, de tempête.

Tout dans ces 346 pages est calqué sur le rythme de la mer.

Ce roman brasse une marée d’émotions qui m’ont été familières à un moment bien particulier de ma vie.

Il me conforte dans l’idée que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, qu’il faut s’accrocher, garder le cap et qu’après la pluie, vient le beau temps.

Tu auras compris,  j’ai aimé cette lecture pour toute la psychologie qu’il y dans ces pages, pour la bienveillance des personnages secondaires, pour l’absence de jugement, pour la justesse de l’analyse d’Emma et Camille.

Je te le conseille parce qu’il prouve qu’avec un petit coup de pouce, tout peut changer, tout peut devenir beau.

Alors oui avant d’arriver au rose, on risque de passer par le gris.  Mais au final gris et rose vont bien ensemble non?

Des bisous,

Isa

 

 

Happy halloween

Coucou!!  Oui je sais qu’on n’est pas mercredi mais je tenais quand même à partager ces quelques lignes avec toi.

Ce matin, un mini Pennywise est parti de chez moi avec de l’orange dans les cheveux et des paillettes dans les yeux.

Alors, je tenais à te souhaiter un Joyeux Halloween, certes sans enfants qui sonneront à ta porte et sans stock de bonbons à faire pâlir tous les dentistes de la terre.

Mais que cela ne t’empêche pas de te prévoir une petite soirée popcorn en famille devant un bon petit film d’épouvante.

Minimoi adooooore cette fête comme tu peux le voir dans les photos ci-dessous.

Et comme je suis sympa, je te mets le lien vers le tuto de Cynthia Dulude qui m’a inspiré pour Little Pennywise.

Des bisous,

Isa

Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin

Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne.  les gens de passage et les habitués viennent se confier et se réchauffer dans sa loge.  Avec la petite équipe de fossoyeurs et le jeune curé, elle forme une famille décalée.  mais quels événements ont menés Violette dans cet univers où le tragique et le cocasse s’entremêlent?

Après le succès des Oubliés du dimanche, un nouvel hymne au merveilleux des choses simples.

Mon avis

C’est beau, c’est triste, c’est plein d’espoir, c’est compliqué, c’est Violette quoi!

La vie n’a pas toujours été tendre avec Violette: née sous X, elle passe de foyers en foyers jusqu’à ses presque 18 ans.  Depuis, elle se débrouille et se jette dans la vie.

Serveuse presque majeure dans un bar de discothèque, elle rencontre Philippe Toussaint.

Philippe, le tombeur de ces dames qui a l’air de la trouver à son goût et avec qui un jour sans l’avoir vu venir, elle emménage.

Philippe c’est le personnage que tu vas aimer détester pour au final te demander s’il méritait toute ta haine.

Philippe, c’est le glandeur par excellence, le playboy sans aucune chance de guérison, le motard beau comme un Dieu qui sait que les femmes se pâment devant lui.

Mais Philippe c’est aussi et surtout le centre de la vie de Violette et le mari que je n’aurais jamais voulu avoir.

Violette, elle, est complexe et tellement simple à la fois.

Elle porte ses habits de nuit avec en dessous ses habits de jour.

Elle paraît sombre mais tout en elle est lumière.

Elle est abimée par la vie, par le manque d’amour, par ses horaires insupportables mais surtout par le drame… par son drame.

Violette, c’est le genre de femme qui gagne à être connue.

C’est une maman dévouée qui fait ce qu’elle peut avec les moyens du bord (et le moyens sont très très faibles).

C’est la femme au bord de l’épuisement qui ne dort que quelques heures car son mari n’en touche pas une et qu’il faut lever la barrière.

C’est la femme qui fait des miracles avec le peu qu’elle a et surtout le rien qu’on lui donne.

C’est l’amie fidèle et toujours prête à aider dont le seul bonheur sont ces vacances dans le Sud de la France.

C’est aussi et surtout celle qui deviendra la gardienne de cimetière pour revivre entourée de tombes.

Elle connait par cœur le nom de chaque « résident » de son cimetière ainsi que son histoire.

Elle consigne soigneusement dans un petit journal ce qu’il se passe le jour des funérailles, juste au cas où, pour garder une trace.

Ce cimetière c’est ce qui va redonner à Violette son envie de vivre, d’aimer et d’être aimée.

C’est là qu’elle va se créer sa famille, celle qu’elle a choisi pas celle que la vie lui impose.

Je ne sais pas comment te parler de ce livre parce qu’il est beau, il m’a prise aux tripes, il m’a donné envie de pleurer, de vomir, de frapper, de rire, d’y croire encore et toujours.

Ce livre, c’est surtout une belle leçon de vie couchée sur 664 pages avec cette petite phrase qui commence chaque chapitre.

« Chapitre 13.  Il y a plus fort que la mort, c’est le souvenirs des absents dans la mémoire des vivants« 
« Chapitre 88.  là d’où je suis, je souris car ma vie fut belle et surtout, j’ai aimé »

Alors, si tu hésites à le lire, je te dis fonce. 

Si es occupé(e) à le lire, je te dis profites de chaque page. 

Si tu ne veux pas le lire, je te dis dommage car tu passes à côté d’une belle plume, d’un beau récit et d’un personnage extraordinaire.

A toi de voir….

Bisous,

Isa