Tranche de vie: Leo sur son petit pot

Mon petit biscuit commence l’école au mois d’avril.  Et qui dit école, dit propreté.  Je suis dans la phase où j’essaie de le faire aller sur son petit pot (et d’éviter d’avoir 63 pantalons de training à lessiver par jour).

Tout le monde te le dira, l’important c’est de ne pas le stresser et de le laisser aller à son rythme.  Je dois dire que c’est un bien joli conseil mais quand il ne te reste plus que 2 mois pour rendre ton enfant « anti-fuites », la pression monte.

Du coup, j’ai décidé de l’intéresser au sujet via les héros de ses livres préférés.  Voici ma sélection:

Pot - P'tit loup

P’tit Loup apprend des choses tous les jours, en même temps que ses copains et copines entre 2 et 4 ans !

Cette fois-ci, il découvre le pot.  Qu’est-ce que c’est que cet objet bizarre ? Heureusement son papa et sa maman sont là pour l’aider à comprendre !

– Sous la plume d’Orianne Lallemand et les illustrations craquantes d’Eléonore Thuillier, P’tit Loup prend vie pour aider les tout-petits à découvrir l’apprentissage du quotidien !

POT - animé

Aller sur le pot n’est pas toujours une mince affaire.  Ce livre animé, unique, permet à l’enfant d’aborder par le jeu cet objet qu’il a du mal à adopter.  C’est un outil important dans l’apprentissage de la propreté de votre enfant.

Pot - Trotro

Il est grand temps que Zaza, la petite soeur de Trotro, apprenne à ne plus faire dans ses couches. Pour lui apprendre à se mettre sur le pot, elle a un professeur plutôt rigolo, c’est Trotro !

Pot - p'tit lapin

Pendant que Simon, alias Superlapin, jouait aux billes avec son petit frère Gaspard, une odeur bizarre est montée dans la pièce.  Très, très mauvaise, cette odeur.  Elle venait de la couche de Gaspard.  « Il faut aller sur ton pot ! » a dit Maman.  « C’est pas moi, c’est Simon ! » a pleurniché et menti Gaspard.

Simon est parti jouer chez son ami Ferdinand.  Le soir au dîner, quand Simon raconte sa journée à la piscine, un endroit pour grands où les couches sont interdites, Gaspard est intéressé, et il a une bonne idée…

Pot - T'choupi

Papa a installé un pot pour T’choupi, mais ce que T’choupi préfère, c’est aller sur les toilettes des grands… et tirer la chasse d’eau !

Je te rassure, je ne suis pas folle (si, si, j’te jure, je suis saine d’esprit), je ne lui ai pas acheté 5 livres sur le sujet…  J’ai bien compris que je ne devais pas le stresser.

J’ai opté pour P’tit loup va sur son pot qui se centre plus sur l’objet pot en lui-même que sur ce qu’on y fait vraiment.  De plus, comme il collectionne les livres sur P’tit loup, ça tombait bien.

J’ai également acheté Sur le pot qui est un livre animé où il peut faire en sorte que le personnage s’asseye sur son petit pot, qu’il prenne du papier toilette…Il est plus éducatif.

Les autres livres sont très bien aussi, c’est pour cela que je t’en parle.  Il y a bien entendu une tonne d’autres livres sur le sujet mais ceux-ci sont nos préférés.  Leo voue un amour infini à L’âne Trotro et à Simon le petit lapin, et comme sa Tata Maude collectionne les T’choupi

Voilà j’ai fini de te parler pipi caca et te laisse maintenant retourner à une activité normale 🙂

Des bisous,

Isa

 

7 Wonders

C’est vendredi, on parle jeux.  Aujourd’hui je te présente 7 Wonders une petite merveille à lui tout seul.

7W - Boite

Le but du jeu:

7 Wonders est un jeu de cartes dans lequel il te sera demandé de construire et développer l’une des 7 merveilles du monde. Pas de pression donc !!!

Pour se faire, tu devras jongler entre le développement du commerce, les découvertes scientifiques, l’art de la guerre,… Si tu fais les bons choix, tu pourrais te trouver à l’origine d’une cité inoubliable et adulée de tous.  Pas mal non?

La partie se déroule en 3 âges durant lesquels tu vas construire ta merveille via un deck de cartes sans cesse renouvellé.  A toi d’en tirer profit au maximum afin d’atteindre ton objectif.  Mais ne sois pas trop généreux avec tes voisins de jeux, ils pourraient bien tirer profit des cartes qui ne t’intéressent pas.  Il va falloir ruser et calculer pour arriver à tes fins et enfin connaître cette gloire qui n’attendait que toi!

7W

Les plus:

Le jeu est rapide et peut se jouer de 2 à 7 personnes.

Les parties sont sans cesse renouvellées et le jeu tourne parfaitement quel que soit le nombre de joueurs.

Les moins:

Il faut au minimum 2 parties pour bien appréhender les règles du jeu.

Fiche technique:

Jeu de cartes pour 2 à 7 personnes @ partir de 10 ans.

Les extensions:

Il existe plusieurs extensions pour ce jeu:

  • Leaders
  • Cities
  • Babel
  • Wonder pack

Une version spéciale conçue uniquement pour deux joueurs et complètement indépendante de 7 Wonders a vu le jour il y a peu, il s’agit de Duel.

Ce jeu est également disponible au format numérique et est assez sympa à jouer.

Voilà, si tu veux en savoir plus ou si tu y as déjà joué, n’hésites pas à me laisser un petit commentaire.

Des bizoos,

Isa

L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon

 

1945.  Barcelone se réveille après neuf années de guerre.  Dans une ruelle étroite, deux silhouettes émergent du petit jour.  Un père, libraire, et son fils de 10 ans s’en vont sacrifier à un rituel centenaire.  Bientôt, le Cimetière des livres oubliés leur ouvrira ses portes.  Parmi les fantômes et les rayonnages, le jeune Daniel choisira un volume, un seul.  Ce sera L’Ombre du vent.  Dès lors, la recherche de son auteur, Julián Carax, obsédera Daniel jusqu’à façonner le cours de son existence…

L’histoire

La vie de Daniel Sempere va changer le jour où son père l’emmène au Cimetière des livres oubliés.  Son père lui explique qu’une fois sur place, il aura le droit de choisir un livre, un seul parmi tous ceux présents dans ce local.  Le choix de Daniel se porte sur L’ombre du vent de Julian Carax.  Ce choix anodin va marquer le reste de son existence.

Ce changement commence lorsqu’un richissime libraire de Barcelone entend parler du livre.  Il propose à Julian de le lui racheter à prix d’or mais celui-ci refuse.  Daniel s’est attaché à ce livre et à son histoire.   Il l’a tellement aimé qu’il entame des recherches sur son auteur.  Ces recherches vont durer des années pendant lesquelles Daniel va grandir, vivre ses premiers émois amoureux, prendre conscience des atrocités de la guerre, de la valeur d’une véritable amitié,…

Daniel va se passionner pour la vie de Julian et remuera ciel et terre pour connaître son histoire.  Mais l’histoire de Julian n’est pas de celle que l’on trouve dans les contes de fées.  Daniel apprendra malgré lui qu’il n’est pas toujours bon de vouloir trouver celui qui ne veut pas l’être.

Mon avis

J’ai adoré ce livre.  Si je suis 100% honnête, je l’ai « lu » en audiolivre.  Une amie m’a conseillé un site qui propose des audiolivres en espagnol et j’ai foncé.  Ce n’est pas la première oeuvre que je lis de cet auteur et je suis toujours aussi séduite par sa plume.  Son écriture est fluide et Carlos Ruiz Zafon sait rythmer son roman.  Il n’y a pas de temps mort, pas de fioritures.  Il sait garder son lecteur en haleine et lui donner envie d’aller plus loin.  Malgré le nombre sans cesse croissant de personnages (puisque l’histoire s’étale sur +/- 10 ans), on ne s’y perd jamais.  Ses descriptions de personnages sont très précises tant dans le physique que dans la situation sociale, le caractère où la personalité.  Grâce à cela, on s’attache à ses personnages, on a peur de ce qui pourrait leur arriver, on aimerait les protéger pour que rien ne leur arrive.  De la même façon, il arrive à rendre certains de ces personnages tout à fait détestables et c’est aussi ça être un bon écrivain.

Carlos Ruiz Zafon arrive a créer une ambiance et une atmosphère.  On sent bien le climat de guerre civile, de tension, de suspicion.  Tout ce contexte est très bien exploité à travers les personnages de Fermin Fernando de Torres, ancien détenu torturé par la milice et l’inspecteur Fumero, ordure de son état.  On ressent la part sombre du roman mais également les sentiments, l’amour parent/enfant est exploité de façons différentes avec plusieurs personnages: Nuria, Penelope, Beatriz, Daniel, Julian…

J’ai vraiment adoré ce livre.  La voix du lecteur était parfaite, posée, claire.  On sentait qu’il appréciait sa lecture autant que nous.  Il a su donner vie à l’ambiance imaginée par Carlos Ruiz Zafon.  J’ai déjà lu plusieurs oeuvres de cet auteur et à chaque fois c’est une bonne découverte.  Je pensais qu’après Marina cela allait se tarir mais non, L’ombre du vent est vraiment un roman excellent.

Promenons-nous dans les bois…

Aujourd’hui, pour changer un peu, je vais te parler de la nouvelle passion de mon petit biscuit.  Il a un peu plus de deux ans et une fascination sans borne pour le loup.

Pour lui faire plaisir, le Père noël lui a apporté quelques livres sur son thème préféré.  Voici sa sélection:

Au secours

Au secours voilà le loup!

Attention, le loup arrive!  Il fait peur.  Il a l’air très décidé: il veut nous manger.  Mais soudain, une idée: si on penche le livre, peut-être que le loup va glisser et tomber?  Et s’il s’accroche, on peut aussi secouer le livre pour qu’il chute?  Ou bien alors, suffit-il de tourner la page pour qu’il disparaisse?  Adieu le loup!

 

et pourquoi

Et pourquoi?

Ce matin, le petit chaperon rouge se rend chez sa mère-grand, quand tout à coup, un grand méchant loup lui tombe dessus.
“Rhâââââ ! Je vais te manger !” dit-il.
“Et pourquoi ?” demande le petit chaperon rouge.

 

pas de cadeaux à noel

Pas de cadeaux pour Noêl?

Père Noël?  Que viens-tu faire maintenant, ce n’est même pas Noël? Ah, tu es venu en avance?  Tu as bien changé, Père Noël, avec tes grosses pattes et ton nez pointu!  Tu es bizarre, Père Noël…

 

pas sage

Pas sage?

Ce vilain loup nous explique qu’il aime croquer tous les enfants.  Ceux qui font des bêtises, ceux qui ne se lavent pas, ceux qui font du bruit, avec du beurre, à la poêle, à toutes les sauces.  On se demande si on sera encore entier quand on aura fini le livre !

 

p'tit loup

P’tit loup est le roi de la galette

Aujourd’hui, c’est le jour de la galette des rois.  P’tit Loup est chargé de la cuisiner.  Hop, aux fourneaux! Mais qui aura la fêve?

Mon petit biscuit les aime tous à sa façon.  Pour le moment, son préféré est Au secours voilà le loup.  Il adore pencher et secouer le livre pour voir le loup tomber au fur et à mesure des pages.

Pour ceux qui aiment la galette des rois (je suis une grande fan), à la fin du P’tit Loup est le roi de la galette, une recette à réaliser est proposée.  Personnellement, je suis une fan des histoires de P’tit Loup qui aide mon petit biscuit à appréhender son quotidien depuis un petit temps maintenant.  Pour le moment, P’tit Loup a peur du noir résume bien ma vie de maman 🙂

Et vous, quels sont les livres qu’aiment les p’tits biscuits qui vous entourent?

zoos,

Isa

Compatibility

On est vendredi et je te parle du jeu « Compatibility », un jeu drôle, fun et qui peut souvent être très surprenant.

Boite (3)

Le but du jeu:

Ce jeu se compose d’un plateau de jeu, de pions et de cartes.  Tous les joueurs reçoivent un paquet de cartes composé de photos.

En début de partie, un joueur pioche une carte thème et son binôme donne un numéro.  En imaginant que le mot numéro 3 soit « bonheur », chaque joueur va devoir choisir 4 cartes qui lui font penser au mot bonheur et une qui est son opposé complet.

Une fois que tu as choisis tes cartes, tu les disposes face cachée dans l’ordre suivant: de celle qui te fait le plus penser au mot bonheur à son complet opposé.  Ensuite toi et ton binôme allez dévoiler vos cartes en même temps.  Pour chaque carte identique à la même position vous obtenez 3 points, pour chaque carte identique mais dans une position différente vous obtenez 1 points.

La première équipe de binôme à atteindre l’arrivée à gagné.

Plateau et carte

Les plus:

Il n’y a pas de temps mort, tout le monde joue en même temps.  Les binômes peuvent être surprenants.  Je me souviens d’une partie épique: j’étais enceinte de 8 mois et demi durant laquelle j’ai tellement ris que j’ai cru que mon bébé n’arriverait pas à terme.

Les moins:

Si ton binôme n’est en rien compatible avec ta façon de penser, les parties peuvent sembler bien longues!

Fiche technique:

Jeu de déduction de 3 à 8 joueurs @ partir de 12 ans.

PS: je pense que la boite et le plateau de jeu ont été relooké mais les cartes photos restent les mêmes.

Arsène Lupin: Le diadème de la princesse de Lamballe – Takashi Morita

 

Le célèbre personnage inventé par Maurice Leblanc reprend vie sous la plume du mangaka Takashi Morita, dans cette série comptant actuellement 4 volumes au Japon.

Cette adaptation, qui se veut très fidèle au récit original, vous plongera au cœur de la « Belle Epoque » du début 20ème, en plein Paris.  Le premier volume est d’ailleurs l’adaptation directe d’une des aventures du gentleman cambrioleur créée par Leblanc : Le diadème de la princesse de Lamballe.

Mon avis:

C’est mon tout premier manga donc je suppose que mon opinion n’est ni tout à fait objective, ni tout à fait mûrie.  Cependant, j’ai bien aimé ce manga.  Les dessins sont magnifiques, l’histoire est sympa même si dans ce cas bien précis tout le mérite en revient à Maurice Leblanc.  La transposition en dessin est bien réalisée, j’ai ris des facéties de ce cher Lupin qui très courtoisement averti ces victimes de ces futurs vols.  La fiancée du duc est tout à fait détestable, à l’image de son père notable parvenu, c’est donc avec délectation que je me suis réjouie de leur malheurs (oui, je sais c’est mal!!!).
Pour une première fois, il m’a fallu un peu de temps pour la prise en main et la lecture à l’envers mais une fois dans l’histoire, tout se fait très naturellement.  Je suis ravie de savoir qu’il y a déjà 4 volumes de parus au Japon car cela me permettra de lire la suite de cette saga.
Pour ceux qui n’ont jamais lu de manga, je trouve que c’est une bonne entrée en matière mais comme je l’ai dit, je ne suis pas du tout experte en la matière.
Je lirai la suite avec grand plaisir.
Je remercie une fois de plus ma copinaute Stéphanie du blog Ma passion des livres pour ce super cadeau d’anniversaire.

Les aventuriers du rail – Europe / USA / …

Ce vendredi, je te parle des Aventuriers du Rail, selon moi, un des meilleurs jeu de société de tous les temps.  Il y en a plusieurs déclinaisons, la version Europe, la version USA, la Marklin…

Boite (2)

Le but du jeu:

En début de partie, tu choisis une carte destination comprenant la ligne ferroviaire que tu vas devoir construire afin de relier les deux villes mentionnées sur ta carte.  Pour ce faire, tu devras acheter les différents tronçons de route reliant les villes de la destination.  Pour construire un tronçon orange, il faut déposer autant de cartes orange que de wagons orange dessinés sur le plateau.  Pour montrer aux autres que le tronçon t’appartient, tu y places tes petits wagons.

Si tu réussis à relier les deux villes de ta carte destination, tu obtiens le nombre de point de victoire mentionné sur la carte.  Il est également possible de marquer des  points pour chaque tronçon de voie construit, qu’il se trouve dans tes objectifs ou non.

En fin de partie, la personne ayant accumulé le plus de point de victoire remporte la partie.

plateau (2)

Les plus:

Les règles sont simplissimes.  Le plateau de jeu est très visuel.  Cela permet de rafraîchir tes connaissances géographiques.

Mais surtout, on ne s’ennuie pas.

Les moins:

Il faut attendre ton tour de jeu pour effectuer une action: soit piocher des cartes wagons, soit construire un tronçon de route, soit piocher une nouvelle carte destination.

Le plateau est assez grand mais si tu ne te trouves pas face à la carte, tu devras tout lire à l’envers.

Fiche technique:

Jeu de placement pour 2 à 5 personnes @ partir de 9 ans.

Les extensions:

Il existe plusieurs dérivés de ce jeu:

  • Les aventuriers du rail USA – Extension 1910
  • Les aventuriers du rail Europe – Extension 1912
  • Les aventuriers du rail Marklin

Il y a également toute une série de plateaux de jeu supplémentaires (Inde, Chine,…).

Ce jeu est également disponible sur tablette et est vraiment agréable à jouer au format numérique.

Voilà, si tu veux en savoir plus ou si tu y as déjà joué, n’hésites pas à me laisser un petit commentaire.

Des bizoos,

Isa

Aux délices des anges – Cathy Cassidy

 

Anya quitte son pays natal, la Pologne, avec sa petite soeur et sa mère.  Elle va rejoindre son père en Angleterre.  Mais à l’arrivée, le choc est grand.  Loin des rêves qu’elle s’était fait, son quotidien s’avère des plus rudes : son appartement est un taudis, son collège lui fait l’effet d’un zoo plein d’animaux hostiles et survoltés, sa famille manque d’argent…   Il y a bien Dan, ce garçon dont la mère tient le salon de thé « Bienvenue au Paradis » qui s’intéresse à elle.  Mais il a tout du bad boy.  Alors que le monde s’écroule autour d’elle, Anya va découvrir que la douceur se cache parjois là où on ne l’attend pas.

L’histoire

Pour rejoindre son père en Angleterre, Anya et sa famille laissent tout ce qu’ils possèdent: maison, amis mais aussi une partie de leur rêves.  En arrivant à Liverpool, Anya s’imaginait se faire des amis tout de suite, vivre dans un petit cottage anglais avec un jardinet, aller au lycée en uniforme.  Force lui est de constater que la vie qu’elle s’était imaginée n’est pas vraiment celle de son quotidien.

Son père essaie de maintenir une entreprise à flot mais ses économies y passent presque entièrement.  Sa mère fait des ménages pour pouvoir mettre du pain sur la table.  Ils vivent dans un appartement modeste, sans jardin, sans luxe et sans artifices.  L’école n’est pas du tout conforme à ce qu’elle espérait.  La première barrière à laquelle elle s’oppose est celle de la langue.  Certes, elle se débrouille en anglais mais elle n’ose pas parler de peur que l’on se moque d’elle.  De plus, l’accent de Liverpool est une nouvelle chose à laquelle elle doit se faire.  Les gens l’observent, la mettent à part et ne s’intéressent pas à elle.

Sa vie va changer lorsqu’elle se lie d’amitié avec Frankie et Kurt.  Eux aussi sont des outsiders au lycée mais leur amitié est juste magnifique.  Un soir, en rentrant du lycée, ils croisent Dan, ce métis aux ailes d’ange qui les invite à découvrir les délices que sa mère prépare dans son salon de thé.  Anya va très vite se lier d’amitié avec Dan qui n’est autre que la terreur du collège.  Le bad boy qui fait rêver ses demoiselles.  Seulement voilà, cette idyle naissante pourrait bien être tuée dans l’œuf si Anya se voyait contrainte de retourner vivre à Cracovie.

Mon avis

Comme tous les romans de Cathy Cassidy, celui-ci goûte le sucre et le bon sentiment.  C’est un joli conte de Noël où l’on sait d’avance que tout se terminera bien mais où l’on souhaite tout de même savoir comment va évoluer la situation de départ.

L’écriture de Cathy Cassidy est fluide, agréable, les pages se tournent toute seules et bien vite on arrive à la fin du livre.

Ses personnages ont quelque chose d’attachant et de propre à eux:

  • Anya est douce, sincère et donne sa chance aux autres.  Elle essaie de trouver sa place au lycée et sait se faire apprécier de ses amis.
  • Frankie est la meilleure amie parfaite, celle qui s’inquiète de ce qui vous arrive, une pointe rebelle et qui croque le vie et les sucreries à pleine dents.
  • Kurt est parfait dans le rôle de l’amoureux transi.  Il est entre autre intéressé par l’environnement et met un point d’honneur à manger bio.
  • Dan, quand à lui, est le rebelle au grand cœur, le bad boy aux ailes d’ange.  Ses bêtises ont souvent un fond altruiste et il essaie vraiment d’aider sa maman à garder son salon de thé.

J’ai apprécie l’ambiance cosy de ce livre.  J’ai aimé le lire bien installée dans mon fauteuil, avec un plaid et une tasse de thé bien chaud.  Aux délices des anges est comme un bon moelleux, un véritable plaisir.

Desolation Road – Jérôme Noirez

 

CALIFORNIE, 1930.
Dans le quartier des femmes de la prison de San Quentin, une jeune fille de dix-sept ans attend le jour de son exécution. Elle s’appelle June, a une bouille d’ange, parle avec maladresse et timidité.  Elle raconte ce qui l’a menée là, sur la Desolation road, la route de la désolation qu’on emprunte un jour et qu’on ne peut plus jamais quitter : une passion absolue, déchirante pour un garçon nommé David, une histoire d’amour ponctuée par le vol, le kidnapping et le meurtre à travers la Californie de la Grande Dépression, en compagnie des parias, des criminels et des fantômes.   Quand le journaliste venu l’interviewer demande à June ce qu’est l’amour à ses yeux,  elle répond : « De la poussière et des étoiles, monsieur. » Le long de la Desolation road, il n’y a rien d’autre à contempler.

L’histoire:

La vie de June est faite de rires et de joies jusqu’au décès de son père.  Suite à cela, elle et sa mère emménagent dans la ferme de son oncle et sa tante.  Pour June, qui a toujours vécu en bord de mer, se retrouver entourée de montagnes et de champs n’est pas du tout ce dont elle rêvait.  Elle a du mal à se faire des amis à l’école et ses relations avec son entourage se déteriorent petit à petit.  C’est dans ce contexte que David entre dans sa vie.  David, dont l’existence ne fait pas partie de la catégorie conte de fée.  Il vit dans la ferme d’à côté, ils se comprennent et s’apprécient jusqu’à ce que leur « carence affective » les rapproche l’un de l’autre.  Un jour, ils décident de tout quitter et partent à l’aventure.

Ce roman est un road trip qui tourne mal.  David et June s’enfoncent dans la criminalité, vont de mauvaises rencontres en mauvaises rencontres et de mauvais choix en mauvais choix.

Peu avant l’excécution de June, un journaliste la rencontre en prison et lui propose de raconter son histoire.  Le livre et le récit de June commencent là.

Mon avis:

Ce livre est un véritable coup de coeur.  J’ai adoré la façon dont le roman est écrit, le fait que June elle-même nous raconte son histoire nous permet de découvrir les deux facettes de sa personnalité.  En effet, c’est une adolescente complètement amoureuse et prête à tout pour rester auprès de l’homme de sa vie.  Elle s’abandonne tout entière à cette relation passionelle et brûle la chandelle par les deux bouts.  On la sent vulnérable, amoureuse, on a envie de la protéger et de lui dire que tout se passera bien jusqu’à ce que l’autre June fasse son apparition, celle qui est capable de tuer de sang froid ceux qui se mettent en travers de sa quête du bonheur.

Tout du long du livre, j’envisageais June et David comme Bonnie & Clyde.  Deux ados à qui la vie n’a pas fait de cadeaux, qui essaient de s’en sortir mais qui font une succession de mauvais choix qui les mèneront directement à leur perte.  L’histoire se déroule aux USA dans les années 30, au temps de la prohibition et de la crise financière.  On ressent ici les effets du fameux Jeudi noir de 39, la crise, le manque de travail, les gens qui se retrouvent dans les rues et qui font de leur mieux pour survivre.  C’est dans ce contexte historique que June et David prennent la route.  Ils sont jeunes, June est trop blanche pour trouver un travail de femme de ménage dans une maison, David est trop chétif pour travailler sur un chantier.  Rien ne leur est favorable et malgré tout l’amour qu’ils se portent l’un à l’autre, il vont rentrer dans une spirale infernale qui n’aura d’issue que leur condamnation.

J’ai adoré le style d’écriture de l’auteur que je ne connaissais pas.  Ce livre a été plusieurs fois primé et c’est tout à fait mérité, il n’y a pas de temps morts, on est happé par l’histoire, on roule sur en leur compagnie sur cette route qui mène à Desolation.  Pour faire court, je résumerais ce livre avec une phrase des Rita Mitsouko « Les histoires d’amour finissent mal, en général ».

Mr. Jack

Je te présente un classique des jeux de société: Mr. Jack.  Sa particularité?  Il ne se joue qu’à deux.

Boite

Le but du jeu:

Un des deux joueurs va incarner Jack l’éventreur, l’autre incarnera l’enquêteur devant mettre fin à ses méfaits.

En début de Partie, Mr. Jack pioche une carte « Innocent ».  Cette personne sera Jack lors de la partie.

Ensuite, chaque joueur choisi dans un ordre bien établi 4 personnages qu’il va déplacer sur le plateau de jeu.  Chaque personnage possède un pouvoir qui pourra être activé lors de ce déplacement (par exemple, l’un des personnage peut utiliser les égoûts, l’autre possède une torche rendant la personne qu’il illumine visible à l’enquêteur, un autre peut déplacer les réverbères…).

Quand les deux joueurs ont déplacé et activé le pouvoir de tous les personnages en leur possession, Jack devra dire à l’enquêteur si le coupable se trouve dans son champ de vision.  La visibilité se détermine par un jeu de réverbères présents sur le plateau.  Les personnages visibles par l’enquêteur et n’étant pas Jack sont blanchis: pour se faire, on retourne le pion du coté imprimé en noir et blanc.

Jack doit donc déplacer les personnages de façon assez intelligente pour ne pas se faire démasquer tout de suite.  Et l’enquêteur doit empêcher Jack de prendre la fuite et de quitter Londres.personnages

Les plus:

C’est un jeu intelligent, avec du beau matériel et une prise en main facile.  Chaque partie dure maximum 30 minutes ce qui permet de faire plusieurs parties en alternant la personne qui joue Jack et celle qui joue l’enquêteur.  Comme il ne se joue qu’à deux, il est réellement facile de trouver un joueur motivé.

Les moins:

Ce n’est pas réellement un moins mais il est, selon moi, beaucoup plus difficile de jouer Jack que l’enquêteur.

Plateau

Fiche technique:

Jeu de déduction pour 2 personnes @ partir de 9 ans.

Les extensions:

Pour info, il existe une extension avec des personnages supplémentaires qui renouvellent les parties.

Une version Mr. Jack à New York a vu le jour ainsi qu’un Mr. Jack Pocket idéal pour vos départ en vacances.