Temps de chien pour les requins – Morris Gleitzman

1 - TDCPLR

L’histoire semble-t-il banale d’Oliver, dix ans, dont le rêve est d’avoir un chien. Mais voilà, la vie d’Oliver est loin d’être banale: ses parents, propriétaires d’une grande banque, sont immensément riches, et ne veulent pas d’un cabot sur leurs tapis d’orient. Alors lorsque son ancienne gouvernante kidnappe et menace d’excécuter le chien de ses rêves s’il ne récupère pas 11 000 dollars dans la semaine – la somme qu’elle aurait perdue sur les mauvais conseils de ses parents -, Oliver décide de relever le défi et de mettre en pratique ses modestes connaissances financières pour réparer cette injustice. Malheureusement, les choses deviennent bientôt incontrôlables… S’ensuit une aventure loufoque et tendre où se croiseront seize dromadaires, un trader de cour de récréation très mauvais en mathématiques, et des requins…de la finance. Un roman à la hauteur d’enfant traitant avec humour et pédagogie des dérives du système bancaire!

L’histoire

Oliver est le fils de deux banquiers à qui tout réussit.  Son rêve est d’avoir un chien, il en visite d’ailleurs un régulièrement dans une animalerie jusqu’au jour où une de ces ancienne gouvernante décide de prendre ce chien en otage pour récupérer de l’argent que les parents d’Oliver ont placé et perdu.  Oliver va faire tout ce qui est en possession pour sauver ce chien et aider son ancienne gouvernante à récupérer son investissement.

Mon avis

Je n’ai malheureusement pas du tout adhéré à ce livre qui a pourtant gagné un prix.  Je m’attendais à quelque chose de plus fini, de plus clair, de plus intéressant parce que je trouvais que voir le monde de la finance à travers les yeux d’un enfant avait quelque chose de très intéressant.

La présence de dromadaires dans le roman n’est pas hyper bizarre car l’histoire se passe en Australie.  Oliver, le personnage principal, n’est pas particulièrement attachant.  Certes, il fait de son mieux pour aider son ancienne nounou mais malgré tous ces efforts, je n’ai pas accroché à son personnage.  Ses parents sont pour moi, insipides, incolores et inodores.

Bref, un gros flop pour ma part.  Heureusement que le livre ne fait que 222 pages et que ça se lit relativement vite.

Voilà, ça ne l’a pas fait pour moi mais ce n’est pas pour autant que ça ne peut pas le faire pour toi.

This entry was posted in Lecture.

2 comments

    • Isa says:

      En effet, généralement j’aime assez les livres jeunesses et celui-ci ayant reçu un prix, il s’avérait assez prometteur mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé. En fait, il ne s’est juste rien passé et c’est bien ça le problème.

Laisser un commentaire